Voitures électrique

Projet Plug and Charge: sera lancé en France en 2020

voiture électrique

Le fournisseur de plate-forme de charge Virta, le fournisseur de bornes de recharge Efacec, l’Association départementale de l’énergie de l’Yonne (SDEY) et Hubject lanceront un projet pilote «plug and charge» en France début 2020.


Projet«Plug and Charge»: c’est quoi?

Les solutions «Plug and Charge» (P&C) reposent sur la norme ISO 15118 pour la communication entre les véhicules électriques (VE) et le réseau à l’aide de certificats numériques. Une fois la voiture branchée, le chargeur reçoit des données cryptées de la voiture et le traitement des paiements est géré en arrière-plan. La solution signifie que les conducteurs de véhicules électriques n’ont plus besoin d’une carte RFID ou d’une application pour smartphone pour accéder aux bornes de recharge publiques.

SDEY installera dans un premier temps six bornes de recharge compatibles Efacec HV160 P & C dans l’Yonne. Les bornes de recharge seront connectées au réseau Hubject via la plateforme Virta, comme le reste du réseau de recharge SDEY. Virta est déjà bien implanté en France et sera la première plateforme de recharge à implémenter la nouvelle technologie P&C sur le marché français.

«Dans l’Yonne, nous croyons à l’innovation pour promouvoir la mobilité durable et à la coopération européenne. Nous recherchons en permanence des modèles innovants, conviviaux et sécurisés qui améliorent l’utilisation des véhicules électriques. Nous sommes heureux de collaborer à nouveau avec des partenaires internationaux de haut niveau et avec ce projet, nous améliorons notre infrastructure de charge à un nouveau niveau », déclare Jean-Noël Loury, président de SDEY.

«Efacec est très heureux de contribuer au développement de la mobilité électrique en France», déclare Duarte Ferreira, directeur du développement commercial mondial, ajoutant que «des projets tels que la prise et la charge nous permettent de continuer à fournir nos produits et notre savoir-faire pour faire de la mobilité durable un réalité en Europe. »

Christian Hahn, PDG de Hubject, déclare: «Nous sommes extrêmement heureux de participer à ce test de bout en bout, qui vise à stimuler conjointement l’avenir de la mobilité électrique. La France est un marché où nous avons toujours beaucoup investi et nous sommes fiers d’être un accélérateur d’innovation ici avec notre écosystème plug and charge. »

Allan Ahlgren, vice-président des ventes chez Virta, commente: «Comme Virta a une longue tradition d’activité en France, nous sommes particulièrement ravis que ce projet pilote se déroule dans l’Yonne. Traditionnellement, Virta a été en première ligne avec de nouveaux développements et maintenant nous voulons être parmi les premiers à implémenter de nouvelles technologies dans la phase utilisateur. Virta est très heureux de pouvoir démarrer le projet pilote avec un groupe où tous les participants sont des leaders mondiaux dans le domaine de la recharge de voitures électriques. »

Une Mesure supplémentaire

La commodité supplémentaire de la solution «plug and charge» sera une mesure supplémentaire bienvenue pour stimuler les ventes de véhicules électriques alors que la France s’efforce de devenir la «première économie verte», selon le ministre de l’Énergie et activiste climatique vétéran Nicolas Hulot. Le président Emmanuel Macron cherche notamment à promouvoir les véhicules électriques et vise à ce que la dernière voiture à moteur à combustion interne (ICE) soit commercialisée en France en 2040.

L’État prévoit de créer une infrastructure de recharge des véhicules correspondant à ses objectifs ambitieux. La France occupe le troisième rang européen en termes de nombre de bornes de recharge, derrière l’Allemagne et les Pays-Bas. Le groupe Autovista calcule que la France est en avance sur l’Allemagne en termes de densité de charge, c’est-à-dire de points de charge pour 1 000 habitants, avec 380 points de charge par million d’habitants contre 343. Cependant, la France ne se classe toujours que sixième pour la densité de réseau de charge – derrière Pays-Bas, Suède, Suisse et Autriche.

La France prévoit également que ses villes instaurent une tarification de la congestion afin de réduire les embouteillages et la pollution atmosphérique. Cela permet aux villes d’introduire des péages et de fixer des limites sur le montant qu’elles peuvent facturer. Par exemple, la Mairie de Strasbourg a approuvé la mise en place d’un calendrier progressif qui aboutira à une interdiction totale des véhicules diesel à partir de 2025.

Dans une autre initiative, le ministre allemand de l’Économie Peter Altmaier et son homologue français Bruno Le Maire ont récemment annoncé les détails d’un consortium franco-allemand de cellules de batterie lors d’une conférence de presse conjointe après une réunion du Conseil économique et financier germano-français à Paris. La première pierre d’une usine pilote en Nouvelle-Aquitaine dans le sud-ouest de la France sera posée avant fin 2019.

Et quelles ambitions après le
projet«Plug and Charge»?

C’est connu déjà que la France s’engage dans la lutte concrète contre la dégradation de l’environnement. Elle fait des efforts pour déployer les énergies vertes. Et le projet “Plug and Charge”, c’est une autre mesure qui vise à lutter contre la pollution en optant pour des voitures électriques. Bref, ce projet promet d’un bon avenir pour les énergies vertes en général.

Laissez un commentaire

Your email address will not be published.

X